Azar et Abu Talib

 

Azar est le Père d'Abraham, et Abu Talib est le père d'Ali. Les deux sont voués à aller en enfer à cause de leur attachement à l'idolâtrie, comme le déclare le Coran et les Hadiths.

Cependant, comme les Chiites ont idolâtré Ali, ils trouvent intolérables que son père Abu Talib aillent en enfer.

 

« Il n´appartient pas au Prophète et aux croyants d´implorer le pardon en faveur des associateurs, fussent-ils des parents alors qu´il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l´Enfer. » (Coran 9.113)

Ce verset concerne Abu Talib. Il est suivi d'un autre verset concernant le père d'Abraham.

Abraham ne demanda pardon en faveur de son père qu´à cause d´une promesse qu´il lui avait faite. Mais, dès qu´il lui apparut clairement qu´il était un ennemi d´Allah, il le désavoua. Abraham était certes plein de sollicitude et indulgent. (Coran 9.114)

Comme ces deux versets sont liés l'un à l'autre, les Chiites disent que le premier verset ne concerne pas Abu Talib mais les autres parents des musulmans. Et pour le second verset, les Chiites affirment que ce n'est pas réellement le père d'Abraham, mais plutôt son oncle.

Les derniers instants de la vie d'Abu Talib :

Al-Musayyab ibn Hazn a dit : Au moment où Abu Talib était proche de la mort, l'Envoyé d'Allah vint le voir et trouva chez lui Abu Jahl et 'Abd-Allah ibn 'Abi 'Umayya ibn Al-Mughira. L'Envoyé d'Allah s'adressa à Abu Talib en disant : « O mon oncle, atteste qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah. C'est là une parole dont je serai témoin en ta faveur auprès d'Allah. » Aussitôt Abou Jahl et 'Abd-Allah ibn 'Abi 'Umayya s'écrièrent : « O Abu Talib. Vas-tu renier la foi de 'Abd Al-Muttalib ? »

L'Envoyé d'Allah ne cessa de lui proposer de prononcer la profession de foi en répétant les mêmes mots, (tandis que les deux autres lui répétaient les mêmes propos). Mais, les dernières paroles de Abu Talib furent qu'il persistait dans la foi de 'Abd Al-Muttalib en refusant d'attester qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah.

« Par Dieu, s'écria l'Envoyé d'Allah, je demanderai à Allah de te pardonner, tant que cela ne me soit pas défendu. » Ce fut à cette occasion qu'Allah, le Très-Haut, révéla ce verset : « Il n´appartient pas au Prophète et aux croyants d´implorer le pardon en faveur des associateurs, fussent-ils des parents alors qu´il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l´Enfer. » (Coran 9.113)

Ensuite, Allah, le Très-Haut, révéla au sujet de Abu Talib, en s'adressant à l'Envoyé d'Allah ce verset : Tu (Muhammad) ne diriges pas celui que tu aimes : mais c´est Allah qui guide qui Il veut. Il connaît mieux cependant les bien-guidés. (Coran 28.56) (Sahih Bukhari)

L'enterrement d'Abu Talib

Ali rapporte : J'ai dit au Prophète : « Ton vieil oncle égaré vient de mourir. » Il répondit : « Va enterrer ton père et ne fais rien après cela sans venir me voir. » Donc je suis allé enterrer mon père puis je suis retourné auprès du Prophète qui m'ordonna de me laver. Puis il pria pour moi. (Abu Dawud)

La place d'Abu Talib dans l'au-delà

Ibn Abbas rapporte que le Messager d'Allah a dit : « L'homme qui aura le moindre châtiment au Jour de la Résurrection est Abu Talib. Il portera des sandales de feu qui feront bouillir son cerveau. » (Muslim)

Ali et Ja'far n'héritent pas de leur père

Usama Ibn Zayd demanda au Prophète (lors de la conquête de la Mecque) :
« Envoyé de Dieu ! Où vas-tu séjourner ? Dans ta maison à la Mecque ?
- Mais 'Aqil nous a-t-il laissé une maison ? »

En effet, 'Aqil et son frère Talib ont pris l'héritage de tout le patrimoine familial, tandis que Ja'far et 'Ali n'en avaient rien hérité parce qu'ils étaient musulmans ! 'Aqil et Talib eurent cet héritage parce qu'ils étaient mécréants comme leur père. (Bukhari)

C'est à la lumière de cela que 'Omar Ibn al-Khattab dit : « Le fidèle ne doit pas hériter l'infidèle. »

L'héritage de 'Abdal-Mouttalib échut à son fils Abu Talib par droit d'aînesse selon la coutume de la Jâhiliyya. Par la suite Talib et 'Aqil ont hérité leur père Abu Talib à l'exception de Ja'far et 'Ali, tous deux musulmans. La loi islamique interdit l'héritage entre fidèles et infidèles. Les Qouraychites de leur côté s'étaient emparés des biens et domiciles des musulmans émigrés et les ont vendus. Après la conquête de la Mecque, le Prophète n'a pas voulu brouiller la vie des acquéreurs, et sa maison continua de passer de main en main des héritiers de 'Aqil jusqu'au jour où elle fut vendue au frère de Hajjaj Ibn Yousouf.

Les frères d'Abu Talib

Abu Talib (de son vrai nom : 'Abd Manaf ; Manaf étant le nom d'une idole) avait trois frères : Abd al-'Uzza surnommé Abu Lahab, Hamza, Abbas.

Abû Lahab fut l'un des plus farouches opposants du Prophète. Sa condamnation est explicite dans le Coran.

Hamza embrassa l'Islam et tomba en martyr à la bataille d'Uhud.

Abbas a tout d'abord aidé le Prophète en vertu de son lien de parenté. Il a participé contre son gré à la bataille de Badr dans le camp des idolâtres. Il a dû payer une rançon pour sa libération ainsi que celle de son neveu Aqil. Il embrassa l'islam en émigrant à Médine peu avant la conquête de la Mecque.

Ruse des Chiites

Les Chiites disent qu'il n'est pas possible qu'Abu Talib aille en enfer, car il s'est occupé du Prophète, l'a nourri, et l'a protégé des persécutions des idolâtres. C'est pourquoi, sa mort, intervenu au même moment que celui de sa femme Khadija, a affecté grandement le Prophète.

Cependant, les Chiites oublient que faire des bonnes actions ne vaut rien sans dire 'La Ilaha Ila lah'.

Et ceux qui traitent de mensonges Nos preuves ainsi que la rencontre de l´au-delà, leurs oeuvres sont vaines. (Coran 7.147)

Et quand à ceux qui ont mécru, il y aura un malheur pour eux, et Il rendra leurs oeuvres vaines. (Coran 47.8)

Abu Talib aimait certainement son neveu Muhammed, mais son attachement au système tribal l'a empêché d'adhérer à l'Islam.

Pour réconforter le Prophète de la perte de son oncle, Dieu lui révélà : Tu (Muhammad) ne diriges pas celui que tu aimes : mais c´est Allah qui guide qui Il veut. Il connaît mieux cependant les bien-guidés. (Coran 28.56) Puis, Dieu a remplacé ses deux protecteurs, Khadija et Abu Talib, par la venue dans l'Islam, de son oncle Hamza, et du puissant Omar Ibn Khattab.

Par la suite, le Prophète continuait toujours à vanter les Mérites de sa femme Khadija parmi les musulmans, alors qu'il n'évoquait plus Abu Talib. Une fois, on a prononcé son nom en sa présence :

'Abdullah bin Al-Harith bin Naufal rapporte : Abbas ibn 'Abdal Muttalib dit, « O Apôtre d'Allah ! As-tu tiré un quelconque profit d'Abu Talib qui avait l'habitude de te protéger, de prendre soin de toi, et de se mettre en colère pour toi ? » (Bukhari)

Abu Said Al-Khudri rapporte : J'ai entendu l'apôtre d'Allah au moment où le nom de son oncle, Abou Talib avait été mentionné en sa présence, dire: « Peut-être mon intercession l'aidera le Jour de la Résurrection, de sorte qu'il peut être mis dans un endroit peu profond de l'Enfer, où le feu n'atteindra que ses chevilles mais dont la chaleur provoquera l'ébullition de son cerveau. » (Bukhari et Muslim)

Que disent les sources Chiites ?

- l'argument légendaire des chiites : Abu Talib faisait la taqiya.

Ja'far Sadiq a rapporté : « Le cas d'Abu Talib est comparable au cas des gens de la caverne qui cachaient leur croyance et manifestaient leur polythéisme. Allah leur a doublé leur récompense. » (Kafi, vol 1)

- Abu Talib a allaité le Prophète selon la secte

Ja'far Sadiq a rapporté : « Lorsque le Prophète est né, il resta quatre jours sans lait. Abu Talib lui même s'est chargé de l'allaiter et Allah a introduit du lait dans sa poitrine. Cela a persisté durant plusieurs jours juqu'à ce qu'Abu Talib trouve Halima al-Sa'diya et l'enfant lui fut confiée. » (Kafi, vol 1)

 

Rappelons qu'Amina, la mère du Prophète mourut lorsqu'il avait 6 ans. A cet âge, un enfant est sevré depuis belle lurette. Kulayni n'a vraiment aucune science du hadith.

- Abu Talib et la science occulte

Ja'far Sadiq a rapporté : Abu Talib a reconnu l'Islam à travers l'expression d'al-Jummal, un langage universel. (Al-Jummal est un système dans lequel un nombre est attribué à chaque lettre de l'alphabet afin de crypter une information et la garder secrete.) Et il forma le nombre 63 avec ses mains. (Kafi, vol 1)

 

Le Cas d'Azar

(Rappelle le moment) où Abraham dit à Azar, son père: « Prends-tu des idoles comme divinités? Je te vois, toi et ton peuple, dans un égarement évident! » (Coran 6.74)

Et récite-leur la nouvelle d´Abraham: Quand il dit à son père et à son peuple: « Qu´adorez-vous?" Ils dirent: « Nous adorons des idoles et nous leurs restons attachés. » (Coran 26.70)

Et mentionne dans le Livre, Abraham C´était un très véridique et un Prophète. Lorsqu´il dit à son père: - « Ô mon père, pourquoi adores-tu ce qui n´entend ni ne voit, et ne te profite en rien?
- Ô mon père, il m´est venu de la science ce que tu n´as pas reçu; suis-moi, donc, je te guiderai sur une voie droite.
- Ô mon père, n´adore pas le Diable, car le Diable désobéit au Tout Miséricordieux.
- Ô mon père, je crains qu´un châtiment venant du Tout Miséricordieux ne te touche et que tu ne deviennes un allié du Diable. »
- Il dit: « Ô Abraham, aurais-tu du dédain pour mes divinités? Si tu ne cesses pas, certes je te lapiderai, éloigne-toi de moi pour bien longtemps. »
- « Paix sur toi » dit Abraham. « J´implorerai mon Seigneur de te pardonner car Il a m´a toujours comblé de Ses bienfaits. » (Coran 19.41)

D'apres Abu Hurayra, le Prophète, sur lui la grâce et la paix, a dit : « Abraham rencontrera son père Azar le jour de la Résurrection. En voyant son visage couvert de ténèbres et de poussière, il lui dira: « Ne t'ai je pas dit de ne pas me désobéir ? » Son père lui répondra : « Aujourd'hui, je ne te désobéirai pas. » Abraham dira alors à Dieu : « Ô Seigneur ! Tu m'as promis de ne pas me couvrir d'ignominie le Jour où les gens seront ressuscités ; et quelle ignominie plus grande que de voir mon père dans cet état ! » Dieu lui répondra : « Ô Abraham, j'ai interdit le Paradis aux négateurs ! » Il lui dira ensuite : « Ô Abraham, qu'est-ce qu'il y a sous tes pieds ? » Il regardera et trouvera un animal destiné au sacrifice couvert de sang; on le prendra alors par ses pattes et on le jettera dans le Feu. » (Bukhari)

Ainsi, Allah stipule à plusieurs reprises que le père d'Abraham était un idolâtre et il donne même son nom : Azar.

Première Ruse : Les Chiites, par passion, interprètent différemment ces versets pour ne pas aller à l'encontre de leur doctrine, en affirmant qu'il s'agit de l'oncle d'Abraham. Ils disent qu'il était d'usage à l'époque qu'on appelle son oncle paternel « Père ».

Mais les Chiites oublient qu'Allah ne suit pas les coutumes des hommes.

Il n´a point fait de vos enfants adoptifs vos propres enfants. Ce sont des propos [qui sortent] de votre bouche. Mais Allah dit la vérité et c´est Lui qui met [l´homme] dans la bonne direction. (Coran 33.4)

Allah enseigne qu'il faut dire les vrais noms entre les fils et les pères, et ne pas suivre les coutumes humaines.

Appelez-les du nom de leurs pères: c´est plus équitable devant Allah. (Coran 33.5)

Seconde Ruse : Les Chiites affirment également qu'il n'est pas possible que les Pères des Prophètes soit mécréants car selon eux la lignée des Prophètes est Pure. Cependant, ils oublient qu'Allah guide qui il veut, et égare qui il veut.

Et quoi! Celui à qui on a enjolivé sa mauvaise action au point qu´il la voit belle...? - Mais Allah égare qui Il veut, et guide qui Il veut - Que ton âme ne se répande donc pas en regrets pour eux: Allah est Parfaitement Savant de ce qu´ils fabriquent. (Coran 35.8)

Dieu peut guider un Prophète fils comme Abraham et égarer son Père Azar.

Ô mon père, je crains qu´un châtiment venant du Tout Miséricordieux ne te touche et que tu ne deviennes un allié du Diable. (Coran 19.41)

Dès qu´il lui apparut clairement qu´il était un ennemi d´Allah, il le désavoua. (Coran 9.114)

Dieu peut guider un Prophète Père comme Noé et égarer son fils.

Et Noé appela son fils, qui restait en un lieu écarté (non loin de l´arche): "ô mon enfant, monte avec nous et ne reste pas avec les mécréants". Il répondit: "Je vais me réfugier vers un mont qui me protégera de l´eau". Et Noé lui dit: "Il n´y a aujourd´hui aucun protecteur contre l´ordre d´Allah. (Tous périront) sauf celui à qui Il fait miséricorde". Et les vagues s´interposèrent entre les deux, et le fils fut alors du nombre des noyés.

Et Noé invoqua son Seigneur et dit: "ô mon Seigneur, certes mon fils est de ma famille et Ta promesse est vérité. Tu es le plus juste des juges". Il dit: "ô Noé, il n´est pas de ta famille car il a commis un acte infâme. Ne me demande pas ce dont tu n´as aucune connaissance. Je t´exhorte afin que tu ne sois pas un nombre des ignorants". (Coran 11.46)

Conclusion :

Ô hommes! Craignez votre Seigneur et redoutez un jour où le père ne répondra en quoi que ce soit pour son enfant, ni l´enfant pour son père. Coran 31.33

Troisième Ruse : Les Chiites disent que le vrai nom du Père d'Abraham n'est pas Azar, mais Tarih. Or, dans la Bible, on s'aperçoit que le nom du Père d'Abraham est Térach, ce qui est proche de Tarih. Et que nous dit la Bible sur Térach ?

Josué dit à tout le peuple: Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël: Vos pères, Térach, père d’Abraham et père de Nachor, habitaient anciennement de l’autre côté du fleuve, et ils servaient d’autres dieux. (Josué 24.2)


Chiite.fr | Email : ahlelbayt[a]live.fr | English Version