Le Mahdi des Chiites

Pour les Sunnites, le Mahdi est un simple musulman qui dirigera la Oumma en tant que Calife. Il n'est pas encore né et son nom est le même que le Prophète : Muhammed. Il vivra à une époque qui coïncidera avec le retour de Jésus sur terre. Le Mahdi règnera selon le Coran et la Sunna ; sa justice et sa droiture engendrera une période de prospérité et de paix pour les musulmans. Il sera le dernier "Calife bien guidé" de la Oumma avant le jour du jugement.

Pour les Chiites, le Mahdi est né il y a plus de 1100 ans. Il succéda à son père à l'âge de 5 ans. Ayant peur de se faire assassiner par les autorités, il se cacha dans une grotte. Il entra en "occultation mineure" où il communiquait en secret avec ses partisans par courriers donnés à des intermédiaires. Puis il entra en "occultation majeure" où plus personne ne pouvait le contacter. Il promit de faire son retour après une longue période d'attente. Il aura à ce moment là des pouvoirs surnaturels et règnera sur toute la terre avec ses partisans Chiites, jusqu'au jour du jugement.

Etude de l'Imam des Chiites

Son Nom et Ses Surnoms

Pour les Chiites, il est interdit d'appeler le Mahdi par son vrai nom : "Mohammad ibn al-Hassan". Selon eux, le Prophète a dit : « Nul ne doit l'appeler par son nom, avant sa résurrection, à moins qu'on ne le renie. » (Mustadrak al-Wasâ'il, tome 12, p. 285, h. 14106.)

Le Mahdi écrivit lui même : « Il est maudit, maudit, maudit, celui qui m'appelle par mon nom sur une place publique. » (Kamal al Deen, Saduq) « Celui qui m'appelle par mon nom devant un groupe de personnes, alors que la malédiction d'Allah soit sur lui. » (Wasael al Shia)

De ce fait, les Chiites doivent obligatoirement utiliser des surnoms :
- Al-Qâ'îm (Le Résurrecteur)
- Al-Mahdî (Le guidé)
- Al-Montadhar (L'Attendu)
- Al-Hojjah (La Preuve ou le Garant de Dieu)
- Imam al-Asr (L'Imam du temps)
- Sahib al Zamân (Le Maître du temps)
- Sahib al-Amr (Le Maître l'ordre)

Lorsqu'un de ses surnoms est cité, les Chiites doivent dire : "Ajjala lahu farajahu" (Que Dieu hâte son retour.)

 

Qui est la Mère du Mahdi des Chiites ?

La mère du Mahdi est une esclave parmi les nombreuses femmes que possèdait Hassan al-Askari, le onzième imam. Son nom ne fait pas l'unanimité parmi les savants chiites : Narjis, Sayqal, Rayhana, Sawsan... Cette confusion n'avait pour but que de faire diversion (Taqiya), son nom est Malika, surnommé Narjis.

Une histoire romantique :

Narjis est une princesse byzantine qui vivait dans un palais au côté de son grand père, l'Empereur de Byzance. Elle est issue d'une lignée familiale extraordinaire ; elle serait une descendante de Simon-Pierre, le disciple de Jésus.

Alors qu'elle avait seulement 13 ans, l'Empereur ordonna qu'on la marie à son neveu. Le jour de la cérémonie et devant tous les prêtres et les convives, le palais commença à trembler, les bibles se sont renversées, les croix se sont brisées et le fiancé tomba évanoui. Ce fut un très mauvais présage pour l'empereur et le mariage fut annulé.

Une nuit, la princesse rêva que le Prophète Muhammed faisait sa demande en mariage pour son descendant Hassan al-Askari auprès de Jésus. Alors Jésus demanda à son disciple Pierre d'honorer le Prophète en acceptant l'union, ce qu'il fit avec joie. Le mariage fut donc célébré dans le palais de l'empereur, avec un sublime discours du Prophète en compagnie de Jésus et Pierre qui furent les témoins.

Une autre nuit, elle rêva d'une visite de Fatima et de Marie. Elles lui ont dit que si elle souhaitait vraiment épouser Hassan al-Askari, elle devait se convertir à l'islam. Elle accepta et prononça l'attestation de foi.

Le temps passa, jusqu'à ce qu'elle se décide un beau jour de s'enfuir de son palais. Elle se laisse faire tranquillement capturer par les soldats musulmans pour être vendue comme esclave. Elle est donc amenée au marché de Bagdad ou elle se fait acheter par "Bishr Al-Ansari", un homme de confiance de l'Imam Ali al-Naqi.

Elle est conduite jusqu'à la ville de l'Imam à Samarra et ce dernier l'offrit en mariage à son fils Hassan al-Askari.

(Majlisi dans son Haqq al-Yaqin)

 

Hassan al-Askari a-t-il eu un fils ?

Après la mort du onzième imam Hassan al-Askari, les Chiites ont dû faire face à un énorme problème doctrinale. La secte a comme règle fondamentale qu'il doit toujours y avoir un imam sur terre pour les diriger et pourtant le dernier Imam n'a désigné aucun successeur dans son testament. Son propre frère, Ja'far déclara qu'il n'a eu aucune progéniture. Les Chiites, dégoutés par la trahison d'un ahlul bayt, l'ont alors surnommé "Ja'far al-Kadhab" (le menteur).

Pour élucider ce dilemme, les savants chiites expliquent que Hassan al-Askari avait pratiqué la Taqiya même devant sa propre famille afin de ne pas attirer les soupçons de l'autorité abbasside et que seulement Hakima Khatun (tante de Hassan Askari) a été témoin de la naissance de son fils car elle a dû aider Narjis à accoucher.

 

La naissance du Mahdi Muntadhar

Hakima Khatoun (la tante du onzième Imam) raconte : « La nuit de la mi-Sha’bân (15 Sha’bân 255/868 : Jour férié en Iran) je me rendis à la demeure de mon auguste neveu, Imâm du temps, Hasan 'Askari. Lorsque je voulus prendre congé, Sa Seigneurie me dit : Ô tante ! Reste avec nous cette nuit, car cette nuit naîtra le très noble enfant par qui Dieu fera que la Terre soit vivante par la connaissance, par la foi et par la rectitude spirituelle, après qu’elle sera morte à force d’égarement et de monstruosités. »

Hakima lui dit : « Laquelle de tes jeunes femmes est la mère de l'enfant ? » L'imam répondit : « C'est Narjis. » Elle répliqua : « Oui, je l'aime aussi et c'est elle que je préfère parmi toutes tes esclaves. » (Bihar al-anwar, Vol. 51, p. 25)

Hakima fut étonnée car il n'y avait aucun signe de grossesse an niveau de l'abdomen de Narjis. L’Imam lui annonça : « Lorsque ce sera l’aube, sa grossesse apparaîtra car elle est comme la mère de Moise dont la grossesse resta inconnue jusqu’à son accouchement parce que pharaon d’Egypte éventrait toutes les femmes enceintes pour empêcher la naissance de Moïse… »

Hakima raconte : Au milieu de la nuit, je me suis levée pour prier. Je priais alors que Narjis dormait, sans aucun signe de grossesse sur elle. Je suis allée dormir puis je me réveillais : elle était toujours en train de dormir. Puis elle s’est levée, elle a accompli sa prière surérogatoire, puis elle est repartie se coucher. Je suis sortie pour voir l’aube, et j’ai constaté que les premières lueurs allaient bientôt apparaître. J’ai alors commencé à douter de la prédiction d’al-Askari. A ce moment, il m’appela et me dit : « Ne sois pas pressé, ma tante, l’affaire approche. » Je me suis assise et j’ai récité les versets de la sourate Sajda, et Yassin.  A ce moment, Narjis se leva, toute alarmée. Je courus vers elle, et lui dis : « Sens-tu quelque chose ? » Elle répondit : « Ma tante, Oui ! » Je lui dis : « Recueille toi et apaise ton cœur. »

Cependant, à ce moment, la somnolence nous gagna, et nous nous sommes endormies. Je me suis réveillée par la voix de mon maître (le mahdi), et quand j’ai soulevé la couverture, je l’ai vu prosterné.

Je l’ai pris dans mes bras, et j’ai remarqué qu’il était pur et propre. Al-‘Askari m’appela : « Ô Tante, amène moi mon fils. » Puis, il a mis sa langue dans la bouche du bébé. Il lui caressa les yeux, les oreilles et les mains, puis lui dit : « Ô mon fils, parle ! » Le bébé répondit : « J’atteste qu’il n’y a aucun dieu si ce n’est Allah, sans associé, et j’atteste que Muhammed est son Messager » Puis, le bébé salua ‘Ali et les Imams l’un après l’autre jusqu’au nom de son père.

Al-‘Askari me dit : « Ô Tante, emmène le à sa mère afin qu’il puisse la saluer, puis rapporte le moi » Je l’ai apporté voir sa mère, puis je l’ai remis à son père. Il me dit : « Ô Tante, reviens nous rendre visite dans sept jours. » Le jour suivant, je suis venue saluer al-‘Askari et j’ai soulevé la couverture pour voir mon maître (le bébé) mais il n’était pas là. Alors, j’ai demandé à l’imam : « Que je sois sacrifié pour toi, qu’est ce qui est arrivé à mon maître ? » Il répondit : « Ô Tante, nous l’avons confié à celui dont la mère de Moise a confié. »

Dans un autre récit : L’Imam al-‘Askari cria à Hakima : « Récite sur elle la sourate al-Qadr ! » J’ai commencé à réciter comme me l’avait ordonné mon maître, et le bébé me répondait à partir du ventre de Narjis. Il répétait ce que je récitais et me salua. Je fus choquée de ce que je venais d’entendre. Al-‘Askari me dit : « Ne t’étonne pas de l’ordre de Dieu : Il nous donne le pouvoir de parler au berceau et Il fait de nous ses Témoins sur terre à notre maturité. » A ce moment, Narjis disparut tout à coup de ma vue. Je ne pouvais pas la voir comme si un voile avait été érigé entre elle et moi. Je courus vers l’imam en pleurs. Il me dit : « Retourne, tu la trouveras à sa place. » Je suis retournée sur place, et je pus la voir de nouveau comme si le voile qui nous séparait venait de se retirer. Une lumière provenait d’elle et m’éblouissait les yeux.

Je vis le bébé, prosterné sur sa face, agenouillé, son index levé vers le ciel qui disait : « J’atteste qu’il n’y a pas de dieu si ce n’est Allah, sans associé, que Muhammed est son messager et que mon ancêtre est l’Emir des Croyants (‘Ali). » Il dénombra tous les Imams jusqu’à arriver à lui même. Je l’apportai à son père alors que des oiseaux volaient au dessus de sa tête. Il appela l’un de ces oiseaux et lui dit : « Prends-le et protège-le. Retourne-le nous tous les 40 jours. » L’oiseau prit le bébé et s’envola dans les cieux, suivis des autres oiseaux. En voyant cela, Narjis pleura. J’ai entendu l’Imam lui dire : « Calme-toi, il ne sera allaité qu'avec ta poitrine. Il te sera rendu comme Moise fut rendu à sa mère. »

Je dis à l’Imam : « Qui est cet oiseau ? » Il me répondit : « C’est Ruh Qudus (l’esprit saint) qui est chargé de la réussite des Imams et de rendre facile leur croissance à travers la connaissance. » Quarante jours plus tard, le bébé fut retourné. Mon neveu (l’Imam 'Askari) appela me chercher et je me rendis chez lui. Je vis alors un enfant qui se déplaçait en face de lui. Je dis : « Mon maître, c’est un enfant de deux ans ! » Il sourit et me dit : « Les fils des apôtres et successeurs, lorsqu’ils sont Imams, leur croissance est différente des autres. Un enfant des nôtres parle dans le ventre de sa mère, récite le Coran et adore son Seigneur. A l’âge de l’allaitement, les anges lui obéissent et descendent sur lui matin et soir. »

J'ai pu revoir l’enfant tous les quarante jours, jusqu’à voir un homme adulte quelque jours avant la disparition d’Abu Muhammed (5 ans après). Je n’ai pas pu le reconnaitre. J’ai demandé à Abu Muhammed (l'Imam al-‘Askari) : « Qui est cet homme dont tu me demandes de m’assoir en face de lui ? » Il dit : « C’est le fils de Narjis et mon successeur après moi. Bientôt, tu ne le trouveras pas parmi vous. Donc écoute le et obéit lui. » Abu Muhammed (l'Imam al-‘Askari) est mort quelque jours après et les gens (les chiites) se divisèrent en différentes sectes.

Source : Kamal Al-Din wa Tamam Al Ni'mah, par Shaykh as-Sadooq

C'est ainsi que s'est déroulée la naissance abracadabrantesque du Mahdi de la secte.

 

Les raisons de la disparition du fils

Selon les Chiites, le Mahdi a remplacé son père (mort en 873 - 260) en tant que guide spirituel à l'âge de 5 ans. Ayant peur de se faire assassiner par les abbassides, il se retira de la vie publique et se réfugia dans un lieu secret, une grotte comparable à celle "des gens de la caverne".

L'imitation de la libération des Juifs par Moïse

Pharaon était hautain sur terre ... Il égorgeait leurs fils et laissait vivantes leurs femmes. Il était vraiment parmi les fauteurs de désordre. Mais Nous voulions favoriser ceux qui avaient été faibles sur terre et en faire des dirigeants et en faire les héritiers, et les établir puissamment sur terre, et faire voir à Pharaon, à Haman, et à leurs soldats, ce dont ils redoutaient. (Coran 28.5-7)

Les savants Chiites souhaitaient reproduire l'histoire de Moïse, le libérateur des Juifs. Ils prétendaient que le calife abbasside était le pharaon des arabes, et qu'il avait des espions qui guettaient tout nouveau-né de l'imam Hassan al-Askari pour le tuer. Alors le bébé devait se cacher et lorsqu'il allait atteindre sa maturité, il devait libérer les Chiites de l'oppression Abbasside et gouverner sur toute la terre. Cependant, l'Empire Abbasside ne s'est pas éteint à cause d'un messie, et l'Empire Ottoman qui se forma, était comme son prédécesseur hostile à la secte chiite.

Il ne peut pas y avoir de 13ème Imam :

Les Chiites ont comme croyance qu'il ne doit y avoir que 12 imams entre le Prophète Muhammed et la fin du monde. Ces Imams se sont succédés trop rapidement les uns après les autres et il n'en restait plus qu'un. Si le douzième imam avait vécu normalement et que la fin du monde n'avait pas surgit juste après sa mort, alors la secte se serait effondrée car il ne peut pas y avoir de 13ème imam.

La seule solution imaginée par les savants chiites de l'époque était de confirmer sa naissance, retarder sa venue et la faire coïncider avec la fin des temps, peu importe comment ils devront expliquer l'âge du Mahdi qui a déjà dépassé tous les records de longévité.

 

L'occultation mineure et le règne des quatres dajjals

La première phase de la disparition du Mahdi s'appelle "ghaybat Soughra" (l'occultation mineure).

N'étant pas habitués à vivre sans Imam, les partisans chiites commencèrent à se décourager et à perdre espoir comme les juifs lorsque Moise tarda de redescendre de la montagne.

Un beau jour, un certain "Uthman ibn Said al-Amri" (il était collecteur de taxe de Hassan al-Askari, ce qui est révélateur de ses véritables intentions) débloqua la situation et osa se déclarer "représentant officiel de l'imam". D'autres charlatans ont également affirmé être son représentant, mais ils n'avaient pas la carrure de Uthman et furent très peu suivis.

Uthman ibn Said al-Amri était donc chargé de transmettre les questions des chiites au Mahdi par courriers. Le jeune imam caché écrivait les réponses lui même, signé de sa propre main. Puis son ambassadeur redistribuait le courrier à la foule. Il était également chargé de la collecte du fameux Khums, la taxe des chiites qui représente 20% des revenus du fidèle.

La situation que Uthman s'était créée fut très lucrative pour lui. Ja'far al-Kadhab continua a affirmer que son frère, l'Imam al-Askari, n'a eu aucun fils, et que le Mahdi n'existe pas. Alors le Mahdi (ou plutôt Uthman) écrivit dans son courrier : "Mon oncle et ses enfants, suivent la même voie que les frères de Joseph." (Bihar-ul-Anwar, v53 p180)

A la mort du premier ambassadeur, son fils Muhammed ibn Uthman reçut un courrier (qu'il a écrit lui même) dans lequel le Mahdi le désigne pour être son deuxième ambassadeur. En voyant que c'était la même écriture que d'habitude, il fut accepté par les chiites et occupa le poste pendant 50 ans.

Le troisième ambassadeur fut désigné par le deuxième, il s'agit de Husayn b. Ruh. C'était le bras droit de son prédécesseur dans la récole du Khums. Ibn Ruh dut affronter son terrible concurrent al-Shalmaghani (l'un des plus grands savants imamites de l'époque) qui affirmait être le vrai représentant du Mahdi. Ibn Ruh apporta alors un courrier de l'Imam caché, rempli de malédiction sur Shalmaghani. N'arrivant pas à récolter assez de Khums des fidèles traditionnelles, Shalmaghani quitta alors le chiisme duodécimain pour créer sa propre secte. Et pour se venger de la lettre du Mahdi, il dit : "puisque l'un des surnoms du douzième Imam est Qa'im (debout), il n'y a aucun doute que cet imam est Iblis (Satan). Car c'est Satan qui resta debout lorsque Dieu ordonna aux anges de se prosterner devant Adam."

Le quatrième et le dernier ambassadeur fut 'Ali b. Muhammad Samarri. Moins manipulateur que ces prédécesseurs, il diminua les courriers puis il y a mis un terme une fois pour toute et déclara à sa mort qu'il n'y aura plus aucun ambassadeurs jusqu'à ce que le Mahdi vienne de lui même. C'est le début de l'occultation majeure (ghaybat Koubra) et de la grande épreuve pour les chiites : vivre sans Imam.

Le règne des quatre ambassadeurs du Mahdi dura en tout 70 ans.

 

Le Mahdi Chiites est-il le Dajjal, l'Antéchrist (le faux messie) ?

Les Juifs et les Chiites sont en attente de leur Messie respectifs. Il s'agit du même homme, le Dajjal, l'Antéchrist.

Selon les Chiites, l'imam Mahdi est né à Samarra

Dans nos hadiths, selon Nawas Ibn Sam'an, le Prophète a dit : L'Antéchrist est un jeune homme aux cheveux crépus et à l'oeil éteint [borgne]. (...) Il sortira par une route située entre l'Irak et le Sham. (Syrie) [Bukhari et Muslim]

Selon les hadiths Chiites, l'imam Mahdi gouvernera selon la loi de David et sa famille :

Rapporté par Ali ibn Ibrahim-de son beau-père de ibn Abi Umair-de-Mansour de Fadhl al-Aour de Abi Ubaidah qui ont déclaré : "Lorsque le Qaem de la maison du Prophète apparaîtra, il régnera selon la loi de David et de Salomon." (Al Kafi, Volume No.1)

Muhammad Ahmad ibn Muhammad ibn Khalid - Nazr-ibn Yahya al-Sowaïd ibn Halabi - Imran Oueiyn - Jaeed al Hamdani - Ali ibn al-Hussein a dit que : "Je lui ai demandé (à l'imam Ali ibn Hussein) par quel loi allez vous régner ?" Il a répondu : " Par la loi de David, et s'il y a quelque chose que nous ignorons, Gabriel (Ruh al Qudus) nous le révélera. " (Al Kafi, Volume No.1)

Rapporté par Ahmad ibn Muhammad ibn Saeed al Uqdah qui a dit : Abu Abdullah [as] rapporte : “Lorsque l'Imam Mahdi apparaitra, il invoquera Dieu en Hébreu” [Al-Ghaybaa of an Numani, p.326]

"Lorsque Al-Qa'im viendra, il jugera parmi les gens sans exiger de témoins à la manière de David et Salomon." (Bihar al-anwar, Vol. 52)

Le premier qui fera allégeance au Mahdi des Chiites sera Muhammed

Lorsque l'Imam Mahdi viendra, il apparaîtra nu en plein jour. Le premier disciple à lui faire allégeance (bai'ah) sera le Prophète Muhammed. (Al-Majlisi, Haq Al-Yaqeen vol.2, p. 337 & 347)

Selon la secte, l'imam Mahdi fera ressuscité tous ceux qui ont atteint un haut degré de vertu d'un côté (Ali, Hussein, tous les Prophètes…) et tous ceux qui ont atteint un haut degré de mécréance de l'autre côté (Pharaon, ... les Chiites ajoutent Abu Bakr, Omar, Aisha, Hafsa, et les compagnons). Le seul but de leur résurrection sera de les juger coupables de leurs crimes, de les humilier publiquement et de les tuer une seconde fois. Le désir de vengeance de la secte sera alors satisfait et il n’y aura plus besoin de célébrer ‘Achura les années suivantes.

Lorsque le douzième Imam reviendra, il redonnera la vie à Aisha pour la châtier. (Haq-ul-Yaqeen, Page No. 139)

Destruction de la mosquée de Médine et de la Mecque

Selon Abu 'Abdillah qui a dit : « Sais-tu avec quoi va commencer Al-Qâim, paix sur lui ? J'ai dit : non, il a dit : il va sortir ces deux là (Abu Bakr et Omar) encore moites et tendres et les brûlera et les fera disperser par les vents, et il cassera la mosquée. » (Bihar al-anwar, d'al-Majlisy)

Abu Basir rapporte que Abu Abdillah a dit : « Lorsque al-Qaim se lèvera, il démolira Masjid al-Haram jusqu'à ses fondations, et il mettra le maqam à la place où il était, puis il coupera les mains des Banu Shayba et les placera sur la Kaaba, où il sera inscrit : Ce sont les voleurs de la Kaaba. » (Irshad, Shaykh al-Mufid)

Abu Basir rapporte que Abu Abdillah a dit : « Al-Qaim démolira Masjed al-Haram jusqu'à ses fondations et Masjed Ar-Rasoul jusqu'à ses fondations, et il remettra la maison (Kaaba) à sa place et élèvera ses fondations, et il coupera les mains des voleurs des Banu Shayba, et les accrochera sur la Kaaba. » (al-Ghaybat, at-Tusi)

Selon les Chiites, le Mahdi sera accompagné de Juifs :

Sheikh al-Mufeed a rapporté dans son Al-Irshaad de al-Mufadhaal ibnu Umar que l'Imam Abu Abdullah [as] a dit : “L'Imam Mahdi aura à ces côtés … des gens de la tribu de Moise.” (Al-Irshaad of al-mufeed at Tusi p.402)

Ce hadith Chiite coïncide avec une prophétie :

Selon Anas, le Prophète a dit : « Soixante dix mille juifs d'Ispahan vêtus d'un voile sur la tête suivront l'Antéchrist. » [Muslim]

Les plus grands défenseurs du Mahdi seront les habitants de Qum (Iran)

Imam Jaffar Ibne Mouhammad as-Sadiq (que la Paix soit sur eux deux) a expliqué : « La ville de Qoum (littéralement : se lever) a été nommée ainsi parce que ses habitants se rassembleront avec le Qa’im et se tiendront debout à ses côtés, s’efforceront de se tenir fermes envers lui et l’assisteront. » (Safinatoul Bihar, volume 2, page 446)

Au Temple Jamkaran de Qom, les Chiites écrivent des lettres au Mahdi

 

L'Iran prépare l'arrivée du Mahdi

Selon les Chiites, le Messager d’Allah a dit : « Un groupe de personnes s’élèvera de l’Est et accomplira le travail préparatoire pour le gouvernement de l’Imam Al Mahdi. » (Biharoul Anwar, volume 51, page 87 )

Le signe de la venue du Mahdi

Abu Basir rapporte que Abu Abdillah (Imam Sadiq) a dit : « Cela (l'arrivée du Mahdi) ne se produira pas avant que ne périssent deux tiers de l'humanité. » On lui a demandé : Si deux tiers de l'humanité disparaît, qui restera t-il ? Il répondit : « N'es tu pas satisfait que le tiers de l'humanité reste ? » (Kamal Din wa Tamam al Ni'ma)

Un Chiite aura la force de 40 hommes

Il a été rapporté par Ali Ibn Houssain, le Joyau des adorateurs, (Zayn al-Abidin) : « Quand notre Imam fera son apparition, Allah Le Noble et Le Glorieux, enlèvera toutes les maladies de nos Shias (disciples) et rendra leurs coeurs [aussi fermes] que des morceaux de fer. Il fera de la force physique d’un homme égale à celle de quarante hommes et ils règneront sur la Terre entière et seront ses souverains. » (Misbahoul Moutahajjid, page 737)

La Force du Mahdi

« Physiquement, l'Imam Mahdi sera si fort qu'il pourra déraciner un arbre avec ses mains. Et s'il devait s'adresser à une montagne sur un ton sévère, elle s'écroulerait en mille morceaux. » (Behaar al-Anwaar, vol. 52, p. 322)

« Comme le Prophète David, le fer se ramollira entre les mains du Mahdi comme de la cire. » (Mikyaal al-Makaarem, vol. 1, p. 214)

Le Mahdi expliquera le sens caché de la religion

Selon le chiisme, le prophète Mohammad n’avait pas pour mission de révéler l’ensemble du sens de la prophétie et du Coran, mais seulement son aspect littéral et exotérique. Le sens profond de la religion ne sera dévoilé qu’à la fin des temps, avec le retour du Mahdi.

Imam Ja’far Ibn Mouhammad as Sadiq a déclaré : « Le Savoir est contenu dans 27 lettres (parties) et tout ce que les (précédents) Messagers ont apporté correspondait simplement à deux de ces lettres et jusqu’au jour où l’Imam al-Mahdi fera sa réapparition les gens n’acquérront le savoir que de ces deux lettres. Ainsi, quand notre Qa’im arrivera, il apportera avec lui les vingt-cinq lettres restantes (du savoir) et les partagera parmi les gens et les ajoutera aux deux lettres (parties) précédentes de telle sorte qu’il leur aura transmis les vingt-sept lettres (du savoir). » (Wassa’il ash-Shi’a, volume 7, page 326, Hadith 10)

Le Mahdi aura avec lui "Al-Jafr" qui est l'équivalent de la Kabbale des Juifs

L'Imam resta silencieux puis dit : « Avec nous est "al-Jafr". Que savent ils sur le "al-Jafr" ? J'ai demandé, qu'est ce que le Jafr ? L'imam a répondu : C'est un parchemin fait de peau (d'animaux) qui contient le savoir des prophètes et l'application de leurs volontés et le savoir des savants du passé parmi les Israélites. » [al-Kafi, Hadith 635, Ch. 40, h 1]

Le fameux livre secret des Imams Chiites que possèderait le Mahdi, contiendrait selon eux :
- les originaux des Psaumes de David, de la Torah de Moise, et de l'Evangile de Jésus (Kitab al-Kafi: Hadith 637 Ch. 40, h 3)
- le nom de tous les Prophètes et Rois de la Terre (Kitab al-Kafi: Hadith 641, Ch. 40, h 7)

Une femme Chiite sans formation pourra juger les gens

Imam Mouhammad Ibne Ali Al Baqir a expliqué : « Durant la période de son gouvernement [de l’Imam Al Mahdi (a.s)], la sagesse sera dispensée parmi les gens de telle manière qu’une femme assise dans sa maison [sans véritable formation religieuse] sera capable de prononcer un jugement par le Livre d’Allah Le Très Haut, et la Sounnah du Messager d’Allah (que les Bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa Famille). » (Biharoul Anwar, volume 52, page 352 ; al-Ghaybah de al-Noumani)

Cette femme pourra juger grâce aux pouvoirs du Mahdi :

Imam Mouhammad Ibne Ali Al Baqir a informé : « Quand notre Qa’im réapparaîtra, il posera sa main sur les têtes des serviteurs et leurs esprits fusionneront et leurs caractères se perfectionneront. » (Biharoul Anwar, volume 52, page 336 ; Kharaïj de al-Rawandi)

Des mecquois (Chiites) suivront le Mahdi

Imam Mouhammad Ibne Ali Al Baqir a annoncé : « …En effet, il (al-Mahdi) viendra et je jure par Allah qu’il y aura un peu plus de 310 personnes avec lui dont 50 femmes, parmi eux, qui se rassembleront tous à Makkah (pour lui venir en aide)… » (Biharoul Anwar, volume 52, page 223 ; Tafssir de al-Ayyashi)

Des médinois (Chiites) suivront le Mahdi

Dans nos hadiths, l'Antéchrist ne pourra entrer ni à la Mecque et ni à Médine :

Selon Anas, le Prophète a dit : « Il n'est pas un pays qui ne sera foulé par l'Antéchrist, à l'exception de La Mecque et de Médine. Tous les accès seront gardés par des rangées d'anges. L'Antéchrist se fixera dans un marécage et Médine subira trois secousses. Dieu en fera alors sortir tout mécréant et tout hypocrite. » [Muslim]

Les hypocrites sont les Chiites qui sortiront de Médine pour suivre l'Antéchrist.

Les anges, les djinns, les animaux, les éléments... tout sera soumi au Mahdi

« 46 000 anges, parmi eux, Gabriel et Mikael, seront les assistants et les compagnons de l'Imam Mahdi. » (Tafseer al-Ayyaashi, vol. 1, p. 197; Behaar al-Anwaar, vol. 19, p. 284)

« La première personne qui embrassera sa main et lui fera allégeance sera Gabriel. » (Behaar al-Anwaar, vol. 52, p. 285)

« 6000 djinns seront parmi les compagnons de l'Imam du Temps et lui feront allégeance après les anges. » (Behaar al-Anwaar, vol. 53, p. 8)

« Le soleil et la lune répondront à son appel. » (Mikyaal al-Makaarem, vol. 1, p. 144)

« L'air, les nuages, la foudre...  seront soumis et obéissants à l'Imam Zamaan. » (Behaar al-Anwaar, vol. 52, p. 321)

« Pour l'Imam Mahdi, l'univers est aussi clair que la paume de sa main. » (Kamaal al -Deen, vol . 2, p. 674)

La monture du Mahdi

« Gabriel présentera au Mahdi une monture céleste appelée Boraaq. » (Behaar al-Anwaar, vol. 52, p. 328)

Le Mahdi bâtira une nouvelle mosquée avec Muhamemd, Ali, et les Chiites

Abu Marwan raconte : J'ai demandé à l'Imam al-Sadiq (as) sur le verset « Celui qui t´a prescrit le Coran te ramènera certainement là où tu (souhaites) retourner. » (Coran 28:85). L'Imam (as) a répondu : « Non par Allah! Le monde ne prendra pas fin jusqu'à ce que le Messager d'Allah (splf) et Ali (as) soient ensemble dans al-Thawiyya et de rencontrer les uns et les autres pour bâtir une mosquée avec 12000 entrées dans al-Thawiyya, un lieu à Al-Kufa. » (Al-Bihar, v53, P113, hadith n ° 138-17)

Le Mahdi des Chiites fera la guerre aux Arabes

Al-Majlisi rapporte, “Faites attention aux Arabes car il y aura de très mauvaises nouvelles ; en vérité, aucun parmi eux ne sortira avec al-Qaim (Iman Mahdi).” (al-Majlis, Bihar Al-Anwar, vol. 52, p. 333)

Al-Majlisi rapporte, “Al-Muntazar (l'attendu, Imam Mahdi) marchera parmi les Arabes et les tuera. ” (Baqir al-Majlisi, Bihar al-Anwar, vol. 52, p. 318)

Al-Majlisi rapporte, “Il n'y aura plus rien entre nous et les Arabes, excepté les massacres.” (Baqir al-Majlisi, Bihar al-Anwar, vol. 52, p. 349)

Le Mahdi des Chiites tuera les savants sunnites et persécutera les musulmans

Imam Mahdi tuera tous les savants sunnites. (Al-Majlisi, Haq Al-Yaqeen, p. 527)

Lorsque le Mahdi apparaîtra, les Chiites amèneront chaque Nasibi (sunnite) devant lui. Si le Nasibi accepte l'islam (le Chiisme), il sera libéré, sinon sa tête sera coupée ou bien il devra payer la jizyah comme un Dhimmi. (Al-Majlisi, Bihar al-Anwar, vol. 52)

Le Mahdi des Chiites sera milliardaire dès sa première année

Selon la secte Chiite, un dixième du revenu net de l'adepte appartient personnellement à l'Imam du Temps. Imaginons cent millions de Chiites, ayant un revenu annuel moyen de cinq milles dollars, et devant verser dix pour cent de cette somme au Mahdi... Ce dernier obtiendrait ainsi cinquante milliards de dollars dès sa première année.

Conclusion :

Les musulmans rejettent le Mahdi des Chiites qui est totalement contraire au Coran et à la Sunna. Quant aux Chiites, ils campent sur leurs positions et sont toujours dans l'espoir du retour de leur messie. Ils pensent même être les meilleurs humains de tous les temps :

Imam Ali Ibnil Houssain Al Sajjad a indiqué : « En effet, les gens qui vivent durant la période de son occultation (Ghaybate), qui croient fermement en son Imamate (du 12ème Imam a.s) et qui attendent son avènement sont les meilleures personnes de tous les temps puisqu’Allah, Le Très Elevé, leur a accordé l’intelligence, la compréhension et la connaissance nécessaires leur permettant de vivre pendant la période de l’occultation comme s’ils vivaient à l’époque de son avènement. » (Biharoul Anwar, volume 52, page 122 ; al-Ihtijaj)

Et selon eux, la meilleure action n'est ni la prière, ni le jihad, ni le hajj, mais le simple fait de croire à ce Mahdi caché, de l'attendre et de préparer son retour :

‘Ali, la Paix soit sur lui, en réponse à celui qui lui demandait : « Quelle est la meilleure des actions ? » répondit : « Attendre la délivrance. »

Dans un autre hadith, l’Imâm Sâdiq, la Paix soit sur lui, dit : « La meilleure chose qui puisse rapprocher le serviteur de Dieu et la meilleure action qu’il puisse accomplir est d'attendre, matin et soir, au moment où l’Argument de Dieu aura disparu des regards et où personne ne saura où il réside. »

Le Chiite qui a la malchance de mourir avant le retour du Mahdi :

Imam Jaffar Ibn Mouhammad as Sadiq a dit : « La personne, parmi vous, qui meurt alors qu’elle attendait cet ordre [l’avènement de l’Imam Al Mahdi (a.s)] est semblable à une personne qui est avec l’Imam (a.s) dans sa tente ….non, elle serait, plutôt, comme celle qui combattait à ses côtés avec son épée….non, par Allah, elle serait plutôt comme celle qui tomberait en martyr aux côtés du Messager d’Allah (que les Bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa Famille). » (Biharoul Anwar, volume 52, page 126 ; al-Mahassin)

Nous pouvons remarquer que l'imam (ou plutôt le Chiite qui ose lui attribuer ces paroles) hésita à deux reprises à qualifier le rang de ce genre de personnes tellement il souhaitait surenchérir son mensonge.

La mort du Mahdi

1. La version fantaisiste

Malgré tous ses pouvoirs, le Mahdi des chiites sera assassiné par une femme barbue de la tribu des Banu Tamim nommée Saïda. Cette dernière lui jetera une pierre en pleine figure et le Mahdi tombera en martyr comme ses ancêtres.

2. La version tragique

Le Mahdi mourra de tristesse sur Hussein. En effet, le mahdi ne cesse de pleurer pour lui depuis son occultation, mais lorsqu'il reviendra, il versera des larmes de sang. Le Mahdi fera ressusciter Hussein ; les deux hommes s'enlaceront si fort dans les bras de l'un et de l'autre qu'ils fusionneront. L'émotion des retrouvailles fera mourir le Mahdi. Hussein le fera ressortir de son corps, le lavera et l'enterrera dans sa propre tombe à Kerbala.

 

 


Chiite.fr | Email : ahlelbayt[a]live.fr | English Version