Histoires insolites

 

1. Zayn al-'Abidin s'envole dans les cieux

D'après une tradition rapportée par de nombreuses sources, l'imam 'Ali b. al-Husayn Zayn al-'Abidin se transforma une fois en être ailé et disparut, devant les yeux ébahis de ses disciples, dans le ciel. De retour, il déclara qu' il avait voyagé au plus haut des cieux (a'la 'illiyyin) et dit avoir répondu ainsi à un adepte : « C'est nous (les imams) qui avons confectionné le plus haut ciel, alors comment ne pourrions-nous pas l'escalader ? Nous sommes les Porteurs du Trône divin ('arsh) et nous sommes sur le Trône. Le Trône et le Siège (kursi) sont à nous. » (Al-Tabari al-Saghir, Nawadir al-mu'jizat ; 116 ; idem, Dalai 'il al-imâma, 201; al-'Âmili, ithbat-hudat ; 5:256 ; al-Bahrâni, Madinat al-ma'ajiz, 294)

2. Muhammed al-Baqir et son Elephant d'argile

Marat Ibn Qubaisat Ibn Abduhamid rapporte que Jabir Ibn Yazid al-Jafi lui a dit : « J'ai vu mon maître al-Baqir fabriquer un éléphant d'argile. Il s'est assis dessus et s'envola dans le ciel jusqu'à la Mecque ; puis il revint vers moi. » Je (Marat) n'ai pas témoigné de (l'histoire de Jabir) jusqu'à ce que j'ai rencontré al-Baqir et je lui ai dit : « Jabir m'a raconté telle et telle chose. » Et il reproduisit (l'éléphant), s'assied dessus et me prit avec lui jusqu'à la Mecque, puis nous sommes rentrés. (Bahrani, dans Madinatul Ma'jiz)

 

3. L'Âne d'Ali Ibn Abi Talib s'enfuit et se suicide

Abu Abdillah (Imam sadiq) rapporte que le Prophète demanda lors de sa dernière maladie de faire venir Abbas et 'Ali. Le Prophète proposa tout d'abord à Abbas son héritage et la responsabilité de payer ses dettes après sa mort, mais Abbas refusa. Puis il fit la proposition à 'Ali qui accepta cette charge. Parmi l'héritage que le Prophète venait de transmettre à 'Ali, il y avait un âne !

'Ali raconte : « Le premier animal qui est mort, à peine quelques instants après le décès du Messager d'Allah, était Ufayr (le nom de l'âne). Il a rompu sa corde qui le liait, et se mit à courir jusqu'au puits des Banu Khatmah à Quba. Il se jeta lui même dedans, ce qui devint sa tombe. » 'Ali rapporte : « L'âne avait parlé au Messager d'Allah en lui disant : Mon père m'a rapporté de son père qui a rapporté de son grand-père qui a rapporté de son père qui a vécu dans l'arche de Noé : Un jour, Noé est venu et l'a touché à l'arrière en disant : Parmi les descendants de cet âne, il y aura un âne qui se fera monter par le maître et le dernier des Prophètes. Je remercie Allah pour m'avoir fait cet âne. » (Al Kafi, vol 1)

 

4. Zayn al-'Abidin et la baleine

Muhammed Bin Thabit rapporte : J'étais dans le Majlis d'Ali Ibn Hussein lorsque Abdullah Ibn Umar Ibn al-Khattab vint à sa rencontre et lui dit : « Ô Ali ibn Hussein, on m'a rapporté que tu prétends que le prophète Jonas fut emprisonné dans le ventre de la baleine parce qu'il aurait refusé la Wilaya d'Ali Ibn Abi Talib ? » Ali Ibn Hussein dit : « Ô Abdullah et tu le contestes ? » Ibn Umar répondit : « Je n'accepte pas cela. » L'Imam lui dit : « Veux tu que je te le prouve ? » Il répondit : « Oui ! » L'Imam lui dit : « Assieds-toi. » L’Imam appela un garçon et lui demanda de ramener deux tissus puis il demanda à Muhammed Bin Thabit : « Ô Muhammed, recouvre les yeux d'Abdullah avec ce tissu et tes yeux avec ce deuxième tissu. » Puis, il prononça quelques mots et dit :  « Enlevez les bandeaux ! »

Soudainement, nous nous trouvions au bord de la mer. Il prononça quelques mots et des baleines sont apparues. Parmi elles se trouvait une baleine géante. L'Imam lui demanda : « Quel est ton nom ? » Elle dit : « Mon nom est Noun. » - « Pourquoi Jonas fut enfermé dans ton ventre ? » - « Il renia la Wilaya de ton père Ali Ibn Abi Talib alors il fut enfermé dans mon ventre et lorsqu'il l'a finalement accepté, on m'a ordonné de le relâcher. » L'imam dit alors à Abdullah : « Ô Ibn Umar, as tu entendu et es tu témoin ? » Il dit : « Oui. » Puis l'Imam nous demanda de recouvrir nos yeux de nouveaux, il prononça quelques mots et nous nous retrouvions au Majlis comme auparavant.

Ensuite Abdullah nous quitta, alors j'ai dit à l'Imam : « J'ai vu aujourd'hui des choses fantastiques et j'y ai cru. Penses tu qu'Abdullah croira aussi ? » Il me dit : « Veux tu le savoir ? » J'ai dit : « Oui. » Il me dit : « Suis le. » Je le suivis alors en marchant à ses côtés puis il me dit : « Si tu connaissais la magie des Bani Abdul Mutallib, tu n'aurais pas été trompé si facilement. Ils sont des gens qui héritent la magie de génération en génération. »  J'ai su alors que ce que mon Imam (Zain al Abidin) avait dit (sous entendu la mécréance d'Abdullah) était vrai.

(Dala'el al Imamah, Nawadir al Mu'ujizat, Madinat al ma'ajiz, Bihar al Anwar, Al burhan, Al Manaqib ibn Shahir Ashoub)

5. Ali al-Redha et la gazelle

Il était une fois, dans une jungle du Khurussan, une jolie gazelle à la recherche de nourriture pour ses petits, quant tout à coup, un méchant chasseur se mit à la poursuivre.

Une course poursuite s'engagea entre le chasseur et la gazelle, quant soudain, un mystérieux voyageur apparut. C'était l'Imam Reza, qui comprenant le langage des animaux demanda à la gazelle la raison de cette course effrénée.

Elle lui expliqua qu'elle essayait d'échapper à un chasseur pour nourrir ses petits affamés qui attendaient son retour. L'Imam Reza demanda donc au chasseur de la laisser s'en aller quelques instants afin qu’elle puisse nourrir ses petits et il lui promit qu'elle reviendra d'elle même se livrer à lui juste après.

Le chasseur accepta de la laisser s'échapper,  sans grande conviction sur son retour. Les deux hommes attendirent ensemble la gazelle, et en effet, elle revint les voire sans ressentir aucune frayeur.

Etant témoin de ce miracle, le chasseur ne voulut plus capturer la gazelle par respect pour l'Imam Reza, qui obtint par cet évènement le Titre d'Imam Zaamin « le protecteur » des gazelles.

6. Musa al-Kadhim et le lion

Défié par un magicien de la cour de Harun Rashid qui cherche à l'humilier, il donne la vie au lion peint sur un rideau du palais, et l'animal gigantesque avale l'agent insolent devant les yeux du calife et des courtisans.

Ali ibn Yaqtin rapporte : Harun ar-Rashid (le calife) recherchait quelqu'un qui pourrait humilier Musa ibn Ja'far, le rabaisser et le vaincre par des arguments lors d'une assemblée. Un magicien s'est porté volontaire pour le faire.

Lorsqu'ils se sont mis à table pour manger, le magicien monta un stratagème afin qu'à chaque fois que Musa voulait prendre un morceau de pain, ce dernier s'éloignerait de ses mains. Cela a plu énormément à Harun qui a beaucoup ri.

Alors Abu l-Hassan se tourna vers l'image d'un lion peint sur le rideau et lui dit : « Ô Lion ! Saisit cet ennemi de Dieu ! » L'image du lion se transforma en un gigantesque lion, qui sauta sur le magicien et le dévora. Harun et tous ses compagnons furent terrorisés et s'évanouirent. Lorsqu'ils reprirent connaissance, Harun demanda à Musa : « Je t'en supplie, par le droit que j'ai sur toi, de demander à l'image (le lion) de ramener l'homme (le magicien). »

L'Imam répondit : « Si le bâton de Moise peut retourner les bâtons et les cordes qu'il a avaler (i.e les serpents) alors cette image retournera également cet homme. » Le narrateur de ce récit ajouta : Ce fut l'une des principales raisons qui amena l'imam à mourir en martyr.

(Ibn Bâbuye, Amâli, et 'Uyûn akhbar al-Rida)

On retrouve plus ou moins la même scène avec l'Imam Reda et le Calife Al-Ma'mun

 

 

7. Ja'far Sadiq et le palmier-dattier

Ja'far Sadiq mange une datte, plante le noyau et ce dernier se met à pousser immédiatement. Toute cette histoire afin de prouver qu'il est le vrai Imam, et non pas son oncle Zayd.

Kathir Al-Reqqi rapporte : Je suis allé rencontrer l’Imam Sadiq à Médine. Il me demanda : « Ô Dawud, qu’est ce qui t’a empêché de venir plus tôt ? » J’ai répondu : « Il y avait une affaire que je devais suivre à Kufa. » L’Imam demanda : « Qu’as-tu vu à Kufa ? »

J’ai répondu : « Que je sois sacrifié pour toi ! J’ai vu ton oncle, Zayd Ibn Ali, sur un cheval portant un Coran. Il criait : Interrogez-moi avant de me perdre, car je possède un grand savoir et la science détaillée des versets du Coran. Je suis l’étendard entre vous et Allah. »

L’Imam dit : « Ô Dawud, tu as été égaré. » Puis il ordonna à Soma’ah Bin Mahran de lui ramener un panier de dattes. L’Imam prit une datte et la mangea. Il en extirpa le noyau et le planta dans la terre. Soudainement, le noyau s’est fendu et a commencé à grandir jusqu’à devenir un palmier. Puis l’Imam prit une des grappes de l’arbre, et à l’intérieur de celle-ci se trouvait un morceau de papier. L’Imam me le donna à lire. J’y ai trouvé deux lignes.

A la première ligne, j’ai lu : « Il n’y a pas d’autre divinité excepté Allah. Muhamed est le messager d’Allah. »
Et la seconde ligne : « Le nombre de mois, auprès d´Allah, est de douze, dans la prescription d´Allah, le jour où Il créa les cieux et la terre. Quatre d´entre eux sont sacrés: telle est la religion droite. L’Emir des croyants Ali, Hassan, Hussein, Ali, Muhammed, Ja’afar, Musa, Ali, Muhammed, Ali, Hassan, et la preuve décisive (le Mahdi). »

Puis l’Imam me demanda : « Ô Dawud ! Sais-tu quand cela fut écrit ? » J’ai répondu : « Allah, son Messager, et Toi le savent mieux. » L’Imam dit : « Cela fut écrit deux mille ans avant la création d’Adam. » (Al-Ghaiba de Nu’mani)

8. Ismael bin Ja'far et son jumeau démoniaque

Afin de rabaisser les chiites Ismaelites, les duodécimains ont fabriqué des récits aussi malicieux que pervers à l'encontre d'Ismael ibn Ja'far Sadiq

Walid ibn Sabih rapporte : Un homme vint me voir et me dit : Viens avec moi, et je te montrerai le fils de l’homme (i.e Ja’far Sadiq). Je suis allé à ses côtés et nous sommes arrivés devant un groupe de gens qui buvaient du vin et Ismael bin Ja’far était parmi eux. J’étais choqué. J’ai quitté ce lieu puis je suis allé à la pierre noire. Et là, j'ai vu Ismael bin Ja’far accroché à la Kaaba, et ses larmes mouillaient la couverture (de la Kaaba).

Puis j’ai quitté ce lieu, et en repassant devant le groupe, j’ai revu Ismael parmi eux qui buvait du vin. Je suis retourné de nouveau à la Kaaba, et j’ai revu Ismael accroché à sa couverture et qui la mouillait par ses larmes. Lorsque j’ai relaté cet incident à l’Imam Ja’far Sadiq, il dit : « Effectivement, c’est un démon (chaytan) qui est venu sur mon fils et qui a pris son apparence. »

Et Shaykh as-Sadooq (l’auteur du livre Kamal Din) de commenter : Satan ne peut en aucun cas prendre la forme d’un Prophète ou d’un Imam. Alors comment se peut-il que Ja’far ait pu désigner Ismael pour le succéder ?

C’est avec ce genre d’argument pathétique que les duodécimains débattaient avec les ismaelites.

9. Ali al-Hadi et sa prison d'Eden

Al-Mutawakkil ordonna à ses hommes de détenir l'Imam al-Hadi au Khan-Sa'alik (un caravansérail) pour le déshonnorer et l'humilier devant les gens. Salih bin Said lui rendit visite et se mit à pleurer en le voyant dans ce lieu. Il dit à l'Imam, « Que je meurs pour toi ! Ils veulent éteindre ta lumière et t'humilier, alors ils t'ont placé dans le plus mauvais des caravansérails. » L'Imam al-Hadi le regarda avec gentillesse et sympathie.

Il le remercia pour son attachement et pour le consoler, il lui révéla la réalité du lieu où il était retenu. Il lui toucha les yeux, et tout à coup, Salih put voir un jardin paradisiaque. Concaincu que son maître vivait dans un lieu comblé de bienfait, Salih se calma. L'Imam repassa sa main sur les yeux de son visiteur et sa vue redevint normale.

 

10. L'Imam Sadiq connait l'impureté sexuelle des hommes et l'Imam Hadi lit dans les pensées

 

11. Ali Ibn Hussein transforme de l'eau en pierres précieuses et ressuscite une femme

 

12. Hassan transforme un homme en femme, puis un autre en chien. Comme nous l'avons vu dans l'article Basa'ir darajat, les imams sont capables de faire réapparaître le Messager d'Allah.

 

13. L'esprit de Ja`far voyage jusqu'au Trône

L'imam est capable d'une ascension céleste spirituelle pour renouveler et augmenter sa Science. « Par Dieu, déclare le sixième imâm, chaque nuit de vendredi, nos esprits, en compagnie de ceux des prophètes, accomplissent le pèlerinage du Trône divin et ils ne retournent à nos corps que comblés par la totalité de la Science. » (Basa'ir, Saffar)

« Pendant les nuits de vendredi, dit le même imâm, ... il est permis aux esprits des prophètes décédés, à ceux des Légataires décédés [i.e. les imâms antérieurs] ainsi qu'à l'esprit du Légataire qui se trouve parmi vous [l'imâm présent] d'effectuer l'ascension céleste jusqu'au Trône de leur Seigneur ; là, ils tournent sept fois autour du Trône tout en faisant, au pied de chacun de ses piliers, une prière de deux rak'a. Ensuite les esprits reviennent vers leurs corps ; c'est pourquoi les prophètes et les Légataires se réveillent le matin [du vendredi], remplis de joie et le Légataire qui se trouve parmi vous se réveille, alors que sa Science est augmentée tout entière. » (Basa'ir, Saffar)

14. Ali Ibn Abi Talib et l'enterrement de Salman al-Farsi

 

Source : Majlisi, Hayat al-Qulub, vol.1

15. Hassan fait sortir du miel d'un rocher ; il fait réapparaître Ali après sa mort ; il sait ce qu'une vache porte dans son ventre ('ilm al-ghayb : science de l'inconnu)

 


Chiite.fr | Email : ahlelbayt[a]live.fr | English Version